lundi 17 décembre 2012

Ghardaïa -La nouvelle ville d’El-Menea en chantier dès le 1er trimestre 2013


Ghardaïa -La nouvelle ville d’El-Menea en chantier dès le 1er trimestre 2013 : Une oasis pour 50.000 habitants
Les travaux de réalisation de la ville nouvelle d’El-Menea (270 km au Sud de Ghardaïa), seront lancés à la fin du 1er trimestre 2013, a annoncé samedi le directeur général de l’établissement public de la ville nouvelle d’El-Menea (EP-VNEM), M. Farid Bensebaini.

«Tout a été mis en œuvre pour le démarrage effectif sur le terrain à la fin du 1er trimestre 2013 des travaux de réalisation de cette ville nouvelle», a-t-il affirmé à l’APS. M. Bensebaini s’exprimait en marge de la présentation, par un bureau d’étude français, des schémas et variantes du projet de cette nouvelle ville devant les membres de l’exécutif de la wilaya de Ghardaïa.

Il a précisé que de projet intégré s’inscrit «en conformité avec les choix stratégiques définis par le schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) et aux objectifs du développement durable».
Les débats soulevés par la présentation de ces schémas et esquisses, fruit d’études approfondies destinées à hisser la région d’El-Menea au rang de ville «productive et intégrative», ont permis de répondre à plusieurs questions liées particulièrement au respect de l’environnement par l’adaptation de la ville à toutes les contraintes, qu’elles soient géologiques ou techniques, l’utilisation d’énergies propres et la réutilisation des eaux épurées et pluviales.
Lors de ces débats, l’accent a été également mis sur les normes urbanistiques et l’amélioration de la qualité architecturale et à la conservation d’une typologie semblable à celle qui prédomine dans les régions du sud, en préservant et développant l’environnement oasien.

Les travaux de la nouvelle ville sont une autre occasion pour la réhabilitation et la restructuration de l’ancien tissu urbain de la localité actuelle d’El-Menea, ainsi que sa mise en cohérence avec la future nouvelle ville, ont estimé les intervenants.

Projetée sur un site naturel disposant d’espaces relativement plats, à dix kilomètres au Nord de l’actuelle El-Menea, cette future ville vise notamment à créer de grandes surfaces d’urbanisation et à renforcer les liens de continuité des relations fonctionnelles avec l’ancienne ville en matière de demande en logements.

La nouvelle ville d’El-Menea, unique dans son aspect architectural et respectueuse de l’environnement, devra recevoir à l’horizon 2020, sur une superficie de plus de 1.000 hectares extensibles, quelque 50.000 habitants avec toutes les commodités d’une agglomération urbaine moderne à vocation touristique et agricole, a-t-on souligné.

La réalisation de ce projet intégré, durable, respectueux de l’environnement en utilisant les énergies renouvelables, et dont l’architecture marie le raffinement des aspects architecturaux saharien et méditerranéen, générera de nombreux emplois temporaires et permanents.

La localisation de cette ville nouvelle sur le tracé de la RN-1, lui confie un rôle stratégique, permettant l’ouverture de perspectives nouvelles et promouvant un développement économique harmonieux et durable de la région et sa population, notamment par la création d’activités complémentaires telles que l’artisanat, le tourisme, les équipements de ville (administration, santé, enseignement, sport, loisirs…), les espaces verts et les équipements de proximité.

A l’ouverture du chantier de réalisation de cette nouvelle ville, quelque 300 emplois seront créés pour atteindre par la suite plus de 1.000 postes de travail, a-t-on fait savoir. Une fois fonctionnelle, la ville nouvelle d’El-Menea sera appelée à constituer un pôle d’excellence touristique et une base de développement d’une agriculture durable, ont estimé des participants à cette rencontre de présentation du projet.
Source : dknews-dz.com
Enregistrer un commentaire